par Rahila Rahimou

Ce que éthique veut vraiment dire 

Dans un monde où la mode va de plus en plus vite, où des chaînes comme Zara renouvellent intégralement leurs rayons toutes les semaines, une question se fait de plus en plus urgente : quand es-ce que cette frénésie va stopper ?

 

            Des millions de personnes qui travaillent chaque jour dans des conditions déplorables, une mode cheap qui sort en masse des usines de Chine et d’Asie du Sud-Est, des délocalisations et du travail à la chaîne… la mode ne fait pas rêver tout le monde. Pour une fashionista heureuse, plusieurs centaines de femmes travaillent dans des conditions qui rendraient dépressif plus d’un optimiste. Du côté de l’environnement, le tableau n’est pas vraiment plus reluisant. Chaque année, les français achètent 700 000 tonnes de textile, dont moins d’un quart est recyclé !

 

On a vu H&M lancer une campagne de réutilisation et de recyclage des vieux vêtements de ses clients. Baptisée “Apportez tout” (bring it on en anglais), elle incite à réveiller le concept de fast fashion en donnant plusieurs vies aux vêtements, construisant ainsi un cycle de consommation durable.

 

La Fashion Revolution

 

Le mouvement Fashion Revolution, lancé en 2014 après l’accident du Rana Plaza au Bangladesh, est une vaste entreprise de conscientisation des consommateurs. Au cours de la Fashion Revolution Week, les consommateurs sont invités à se poser la question “Who made my clothes?”, avec le fameux hashtag #whomademyclothes. De nombreux acteurs de la mode se sont engagés à la suite de ce programme, qui incite à questionner la transparence de leur consommation.

 

La marque Mayamiko, qui développe une collection de vêtements en wax, s’engage depuis longtemps déjà auprès du mouvement de la Fashion Revolution. En tant que membre du Forum de Mode Éthique “Fellowship 500”, Mayamiko s’engage comme avant-gardiste et chef de file de la Fashion Revolution au Royaume-Uni. La marque a été reconnue par des prix de l’industrie textile comme “Changing Lives” et “Brand to watch”. De plus, Mayamiko a été repérée pour le Eco Talents Scouting en 2013, un fashion show organisé par Vogue Italie pour soutenir la mode en accord avec l’écologie et la responsabilité éthique.

 

 

L’engagement des jeunes marques

La plus part des marques présente sur notre eshop se sont véritablement engagées aux côtés des artisans et fabricants de textiles.

 

La marque Amahlé, par exemple, propose des bijoux de perles fabriqués en Afrique du Sud, dans le KwaZulu-Natal, selon une tradition perpétuée par une tribu zouloue. Le tissage des perles est fait à la main, ce qui nécessite précision et patience dans le travail. Une autre de notre jeune marque, Fez Online, propose une collection de pièces de maroquinerie de qualité, réalisées au Maroc selon la tradition millénaire des tanneurs de la ville de Fez.

 

Sac à bandoulière : Fez Online à shopper ici en marron et chocolat
Masala pink Top : Uchawi à shopper ici
Pantalon Tiny Flower : Mayamiko dispo ici en bleu et vert

    L’engagement à la source, qui fait partie de l’ADN de la marque de chaussures Panafrica Shoes, qui investit 10% de ses revenus dans des projets humanitaires concrets et contrôlés. Je vous en parlerai dans mon prochain article.

     

    Être éthique, en clair, c’est faire des actions concrètes. Pas de l’humanitaire en l’air ou des bons sentiments en public. Du vrai, du tangible. Bref, ici, chez Waxnext, on n’est pas du genre à vouloir faire des paroles en l’air. Le textile est fabriqué en Afrique, la fabrication est responsable, et les vêtements sont de qualité. La mode responsable est notre priorité : nous savons qui fait

                Waxnext promeut le “Made By Africa” : 80% de nos designers et marques changent des vies en Afrique, et waxnext soutient au quotidien cet engagement. Promouvoir l’emploi, le développement local, mais aussi avoir pour manifesto la transparence du produit, est une de nos priorités. Nous mettons en avant les mains qui sont derrière le vêtement ou l’accessoire, le fair trade lors de l’achat de nos articles auprès des artisans sur le terrain en Afrique.
    #JoinTheVibe #MakeFashionGreatAgain
     

    By Thérèse Gourcuff


    Laissez un commentaire